La caissière

George Segal

George Segal est né à New-York, aux Etats-Unis, en 1924. Ses parents, des émigrés juifs venus d’Europe de L’est, tiennent d’abord une boucherie dans le quartier du Bronx. Mais son enfance se passe surtout dans le New-jersey, où sa famille reprend un élevage de poules et vit modestement.

Hébergé chez une tante à Brooklyn il poursuit ensuite des études scientifiques, tout en se découvrant une passion pour l’art.  Mais il doit écourter sa scolarité durant la seconde guerre mondiale, afin d’épauler sa famille à la ferme après le départ de son frère aîné pour l’armée. Il reprend plus tardivement des études en cours du soir et décroche un diplôme d’enseignant en 1949. A cette époque, il fréquente de jeunes artistes qui rejettent l’art abstrait au profit d’une représentation du monde réel. Il est marié depuis 1946 à Helen et décide d’acheter son propre élevage de poulets, tout en donnant quelques cours d’Art et d’anglais,  pour faire vivre son jeune couple.

Il continue néanmoins de créer. En 1956, il expose dans l’influente galerie Hansa, puis sa ferme devient elle-même un lieu d’exposition, de "happenings" des manifestations où l'art et la vie sont confondus. Il invite notamment Allan Krapow.Celui-ci y met en scène des individus armés de branches et de bâtons qui s'opposent à une rangée de voitures.

Il s’initie bientôt à la sculpture. En 1961, l’un de ses étudiants lui apporte une boîte de bandes plâtrées à usage médical. Il les rapporte à la maison et, aidé de son épouse, il en emballe ses propres membres et découvre qu’il peut ainsi reproduire, morceaux par morceaux, un corps humain qu’il suffit ensuite d’assembler. Il met en scène sa composition en lui ajoutant une table, une chaise, une fenêtre. L’homme assis à une table marque le début de l’utilisation d’une nouvelle technique, fidèle à la réalité, qu’il perfectionne progressivement. Le plâtre est économique et sèche rapidement. Sa blancheur transforme le modèle en individu anonyme.

Ses proches, amis ou membres de la famille, en particulier sa femme Helen, lui servent de modèles. Bientôt, comme Andy Warhol, il devient l’un des chefs de file du Pop Art. Il connaît la notoriété dans le monde entier et cumule les récompenses artistiques. http://www.segalfoundation.org/SandR.htm

Du fait de ses origines populaires, il est davantage attiré par des sujets banals, issus du quotidien. Il prend des photos en noir et blanc d’inconnus, dans différentes situations, à New York et dans le New Jersey, et s’en inspire, jusqu’à sa mort en juin 2000.

 

Movie House ou la caissière

gsegal-1.jpg

Plâtre, bois, plexiglas, lampes électriques. 2,60 mx 3,75m x 3,70m. Acheté par l’Etat français en  1969. Exposé à Paris au Musée national d’art moderne, Centre Pompidou (Beaubourg), depuis 1976.

Pendant trois mois, entre 1966 et 1967, George Segal travaille à la création de Movie House. Cette oeuvre représente une entrée de cinéma. Une caissière se découpe sur fond noir, dans une cabine rouge. Placée au centre de la composition, elle en est le point phocal. A gauche, une porte fermée est légerement en retrait, ce qui accentue l'impression de profondeur. Au dessus, un plafond est éclairé par 288 ampoules disposées géomètriquement. Segal joue sur les contrastes: opposition du rouge, du noir, et de la caissière au corps très pâle ; aspect lisse de la cabine et aspect brut et rugueux de la femme. La lumière vive dramatise la scène. En fait, l'artiste délimite ainsi le passage de la vie réelle (par exemple la rue, qu'on ne voit pas) à la fiction (le film qu'on imagine projeté dans la salle de cinéma).

Bien que représentation d'une caissière anonyme, en quelque sorte l'image de toutes les caissières, le moulage à pour modèle la nièce de l'artiste,Susan Kutliroff. Ainsi, bien que prélevés sur des personnes vivantes, les moulages bruts ressemblent beaucoup aux corps pétrifiés de Pompéi. Son ami Kaprow les compare même à des "momies vivantes".

Date de dernière mise à jour : 2012-04-09

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site