Niki de Saint Phalle

une explosion de couleurs

Catherine Fal de Saint Phalle, dite Nikki, naît en 1930 en France, dans une famille de banquiers franco-américaine. Cette année là, le krach boursier détruit la fortune familiale, et ses parents partent aux Etats-Unis pour tenter de relancer leur entreprise. La jeune Nikki réside pendant trois ans chez ses grands parents dans La Nièvre avant de les rejoindre. Issue de la grande bourgeoisie, elle n'a pas pour autant une enfance heureuse : abusée sexuellement par son père à 12 ans, cantonnée en tant que fille à un rôle mineur de future femme au foyer, elle se rebelle très tôt.

En 1948 -1949, elle est mannequin pour des magazines de mode, avant de s'enfuir de chez elle pour épouser Harry Mathews, futur écrivain. Ils ont alors tous deux 19 ans. L'année suivante, tandis qu'il étudie la musique, elle peint ses premières huiles et  gouaches. En 1951 naît leur fille Laura et ils décident de vivre à Paris. Une fois en Europe, ils ont l'occasion de visiter des musées et cathédrales du sud de la France , d'Italie et d'Espagne. Pour Nikki la cathédrale est un chef d'oeuvre issu d'un "idéal collectif". L'idée de produire des oeuvres en collaboration avec d'autres ne la quittera plus.

Mais la jeune femme doit être hospitalisée à Nice pour dépression nerveuse . La peinture aide à sa guérison. Puis la famille s'installe en Espagne, où naît un garçon, Phillip. Nikki visite Barcelone où elle découvre l'oeuvre du sculpteur Antonio Gaudí. Elle est éblouie par le Parc de sculptures que celui ci à créé. Elle fera la même expérience avec le palais idéal du facteur cheval à Hauterives, en France. Elle développe le projet de réaliser son propre jardin de sculptures.

En 1956, elle fait la connaissance de l'artiste suisse Jean Tinguely, qui devient son second compagnon et avec qui elle travaille plus de 30 ans. Elle lui demande de souder une armature métallique qu'elle enduit de plâtre : c'est sa première sculpture. Dans les années 60, elle experimente les tableaux et les sculptures cibles : l'idée est de tirer avec une carabine sur des reliefs couverts de plâtre et de faire éclater des sachets de couleur qui éclaboussent le tableau. Plusieurs amis artistes participent à ce travail de "tir" et lors de certaines expositions, elle fait même tirer des visiteurs. elle dit elle-même que cela l'aide à sortir la violence et la haine qui sont en elle (particulièrement la haine pour son père).Ces séances se transforment en instruments de création. En 1960, elle devient membre du groupe des Nouveaux réalistes et incarne le lien entre les mouvements d'avant-garde français et américains.http://www.ina.fr/fresques/elles-centrepompidou/fiche-media/ArtFem00150/tirs-niki-de-saint-phalle-archive?video=ArtFem00150

Elle entame un travail sur les différents rôles de la femme et réalise des femmes accouchant, des mères dévorantes, de sorcières et des prostitués qui aboutiront plus tard à ses séries de Nanas, des femmes, géantes ou minuscules, d'abord en laine et papier mâché, puis en polyester, aux couleurs vives et au corps arrondi. On peut se glisser dans les plus grandes. Nikki rêve de vivre dans une sculpture, toute en rondeurs, un espace protégé où rien ne peut l'effrayer.

Le domaine de son travail est vaste, elle dessine des affiches, des meubles, des décors, des costumes de ballets et pièces de théâtre, elle écrit elle-même une pièce, conçoit trois maisons dans le sud de la France, crée des bijoux, un parfum, écrit des scénarios de film et surtout réalise son grand rêve : créer un jardin de sculptures, le jardin des tarots.

Implanté en Italie, il est inauguré en 1998. Inspiré du jeu de cartes divinatoire, il s'orné de 22 sculptures monumentales recouvertes de miroirs, de verre, de céramiques. L'une, en forme de sphinx, nommée l'impératrice, lui sert de maison et d'atelier pendant 7 ans.

A ce sujet consulter le site : http://www.nikidesaintphalle.com/frenchFrameset.html

Dans les années 90, Elle s'implique beaucoup dans la lutte contre le Sida, qui frappe de nombreux amis artistes, et réalise, avec son fils, un film sur le sujet.

Lorsque Jean Tinguely meurt en août.1991, elle construit son premier tableau éclaté, Méta-Tinguely.

Elle-même est très malade, ses poumons sont intoxiqués par les vapeurs du polyester qu'elle a utilisé pour fabriquer de nombreuses sculptures. Elle meurt aux Etats-Unis en 2002.

 

 

La chaise Clarice

 

fauteuil-st-phalle.jpg

 

Niki de Saint-Phalle (1930-2002) 1981-1982 Donation Niki de Saint-Phalle, 2001 Inv. 2000.60.2 © Niki Charitable Art Foundation / ADAGP, Paris.

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/collections-26/parcours-27/chronologique/moderne-contemporain/les-salles-298/les-annees-60-70/les-assises-du-siege-contemporain/fauteuil-clarice

 Matière : résine polyester peinte. Hauteur 1,21m, longueur 1,13m, profondeur 84 cm

Visible au musée des arts décoratifs de Paris.

En 1964,un ami américain de Niki, Larry Rivers, réalise un dessin de sa femme Clarice, alors enceinte..Enthousiasmée par cette silhouette féminine toute en rondeurs, Niki la décline dans une multitude d'oeuvres, surnommée les "NANAS". Elle cherche aussi  progressivement à retranscrire la vision qu'ont les enfants du monde des adultes : Ceux-ci sont des géants qui inspirent confiance où font peur. Les couleurs éclatantes utilisées par Nikki sont aussi très proches du monde de l'enfance.

Le siège Clarice représente une femme polychrome (pluieurs couleurs), et ressemble davantage à une sculpture qu'à un meuble. On peut cependant l'étudier comme une scultpture ou comme unobjet de design. Elle en à réalisé plusieurs en série limitée.

 

 

 

 

 

DES OEUVRES (PARMI D'AUTRES) POUR ALLER PLUS LOIN :

 Fichier:Saint phalle hannover1.JPG Photo  P G Henning pour Wikipédia

- Les Nanas : celle ci-dessus est  issue d'une série en exposition permanente depuis 1974, place du marché aux puces de  Hanovre en Allemagne.

- Plusieurs oeuvres, tirs, nanas, litographies, sculptures ... ont été données par l'artiste au Mamac (musée d'Art moderne et d'Art Contemporain) de Nice, en France. Elles sont visbles aussi sur le site : http://www.mamac-nice.org/   (cliquer en haut sur"collections permanentes" puis "donation Nikki de saint Phalle"" )

Une attention particulière peut être portée à la Fontaine du monstre du Loch Ness, de 1993, restaurée en collaboration avec la ville de nice. 

- La fontaine Stravinsky, en collaboration avec Jean Tinguely, implantée devant le Centre Georges Pompidou, (Centre Beaubourg) à Paris.

Date de dernière mise à jour : 2012-04-08

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×