Rosie la riveteuse, De l'effort de guerre au féminisme

Rosie la Riveteuse

 

Nous sommes au cœur de la seconde guerre mondiale. Aux
Etats-Unis, les hommes sont enrôlés sur le front, en Europe et dans le
pacifique. Les bras manquent dans les usines pour les remplacer. Le
gouvernement américain lance donc une campagne pour encourager les femmes à
participer à l’effort de guerre, en s’employant comme ouvrières. Néanmoins,
elles sont souvent cantonnées à certaines tâches, notamment le rivetage ou
encore le câblage électrique des avions. Elles travaillent surtout dans les
industries légères à des postes peu qualifiés. Entre 1940 et 1944, la population
ouvrière féminine augmente de 57%. 

Géraldine Doyle, 17 ans, travaille pour American Broach
& Machine Co. L'agence United Press la prend en photo devant une machine à
emboutir des pièces métalliques. Pour être plus à l’aise, elle porte un bleu de
travail et ses cheveux sont retenus par un bandana.

 



geraldine-rosie.jpg

Photo United Press



200px-we-can-do-it-2.jpg


Affiche de J.Howard Miller


En 1943, J. Howard Miller se voit commander une série d'affiches par
l'entreprise Westinghouse. Il s'inspire de cette photo pour créer la campagne
"We can do it!". (« Nous pouvons le faire ! »). L’affiche a pour
but d’encourager la production, de remonter le moral des employés. Cependant,
elle est destinée au comité de coordination de la production de guerre de
l’entreprise, et au début sa diffusion reste limitée.

 

L’image est vite surnommée « rosie la riveteuse »
en raison d’un chant patriotique qui porte ce nom :


“All the day long,

Whether rain or
shine

She’s part of the
assembly line.

She’s making
history,

Working for victory

Rosie the Riveter”


« Toute la journée,

Qu’il pleuve ou qu’il vente

Elle travaille sur la chaîne d’assemblage

Elle fait l’histoire

Travaillant pour la victoire,

Rosie la Riveteuse »

 

Rosie la riveteuse est aussi associée à une autre femme,
Rosie Monroe, riveteuse dans le Michigan, qui contribue durant la guerre au
montage de bombardiers B-29, B-24 pour l’US Air Force, l’armée de l’air
américaine. Dans les années 50, elle  réussit
même à devenir pilote. (Elle meurt dans un crash aérien, quelques décennies
plus tard).

En Mai 1943, Norman Rockwell, déjà célèbre comme
illustrateur, interprète sa propre « Rosie », à la demande du journal
Saturday Evening Post, qui en fait sa couverture.


rockwellrosietheriveter.jpg


Sa riveteuse est beaucoup plus masculine. Très musclée, elle porte un
bracelet de force. Elle fait sa pause-déjeuner (elle tient un sandwich d’une
main et de l’autre une sacoche à son prénom) sur fond de drapeau américain. Son
emploi est clairement identifiable : Son imposant pistolet à riveter
repose sur ses genoux, ses lunettes de protection ne quittent pas son front,
et elle porte une salopette de travail en jean.


Ses chaussures piétinent un livre : Le Mein Kampf d’Hitler. (l’industrie
de guerre américaine, représentée par une bonne ouvrière, écrase l’Allemagne nazie).


En réalité, Rockwell a pris pour modèle une opératrice téléphonique
de 19 ans, Mary Doyle, qu’il
a volontairement grossie sur l’image, ce dont il s’est excusé auprès d’elle !


La une du journal devient très célèbre.

 

 

Date de dernière mise à jour : 2012-04-03

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site