De l'utile à l'agréable

l'apparition du jardin d'ornement

De l'antiquité à la Renaisssance, le jardin est avant tout "utile", destiné à nourrir (le jardin potager) ou à  soigner  (le jardin des "simples", plantes médicinales).

On retrouve l'idée de jardin dans les textes fondateurs: Dans l'ancien testament, "Yavhé (Dieu) plante un jardin en Eden" où il crée l'Homme (Adam) et la Femme (Eve). On y trouve de beaux arbres aux fruits goûteux, destinés à nourrir les corps, et un arbre de la connaissance, un pommier, dont les fruits sont défendus.

Dans l'Odyssée d'Homère (vers 800 av.J-C), le palais d'Akinoos possède un jardin qui donne toute l'année. C'est surtout un verger où l'on récolte des pommes, des olives, des poires, des grenades...

Le jardin "d'ornement",sans autre utilité que  le plaisir des yeux reste reservé aux puissants, qui étalent ainsi leurs richesses et leur pouvoir. Ce phénomène est renforcé par l'acclimatation de plantes "exotiques", donc chères, notamment en Egypte antique. La Fleur, très visible, y domine. Les feuillages panachés ou, multicolores, sont tolérés lorsqu'ils resssemblent à des fleurs.

La Renaissance met en avant le culte du beau. A partir  de là, une plante est aussi considérée pour sa seule beauté et pas, ou plus, seulement pour son utilité.

A l'époque Moderne :

Entre 1670 et 1720 environ, on utilise des plantes décoratives comme bordure dans des parterres aux dessins complexes. Le panachage des feuilles est utilisé comme de la dorure. On met le jardin en scène par des tailles fréquentes.

A partir du XVIIIeme siècle, on crée des formes^plus libres, plus naturelles.

A l'âge industriel, au XIXeme siècle, la pollution est telle, particulièrement en Grande-Bretagne, que les jardins s'ornent des plantes en pots, particulierement ds plntes à feuillage pânaché, que l'on sort surtout l'hiver.

Au XXeme siecle :

Après 1945, la seconde guerre mondiale achevée,  l'Europe se reconstruit en incluant des jardins urbains, plantés de fleurs et d'arbres, pour créer un cadre de vie agréable, presque gai après ces années difficiles. Le Dalhia, le chrysanthème à pompon, le rosier sont très à la mode.

A partir des années 1950, la pelouse se développe, le jardin devient jardin de loisirs, le barbecue fait son apparition.

Les années 60 aiment les jardins nets, ou rien ne dépasse (a grand renforts parfois de desherbants), puis performants, avec des plantes à floraison longue durée. et des feuillages persistants (Thuyas, conifères nains...)

Les années 80 voient se développer peu à peu des mouvements écologistes qui prônent le retour du naturel et bannissent les produits chimiques du travail de la terre.

Parallèlement le métier de paysagiste se développe de plus en plus dans la conception des jardins.

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 2012-04-03

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×